BEATO CARLO ACUTIS , A EUCARISTIA É A MINHA AUTO -ESTRADA PARA O CÉU

 


Arquivo do blog

sábado, 21 de dezembro de 2019

Et vous, Mère de Dieu, aidez-moi. Vous tenez le Fils de Dieu dans votre sein...


Resultado de imagem para enfant jésus


português inglês alemão francês espanhol italiano neerlandês polaco russo


MÉDITATION VI.

Factus sum sicut homo sine adiutorio, inter mortuos

liber (Ps. LXXXVII, [5, 6]).

Considérez la vie douloureuse que Jésus-Christ a eu dans le sein de sa Mère, pour la prison si longue, étroite et sombre qu'il y a souffert pendant neuf mois. Les autres enfants sont bien dans le même état, mais ils ne ressentent pas le malaise parce qu'ils ne les connaissent pas. Mais Jésus les connaissait bien, car dès le premier instant de sa vie, il avait l'usage parfait de la raison. Il avait les sens, mais ne pouvait pas les utiliser ; il avait des yeux, et ne pouvait pas voir ; il avait une langue, et ne pouvait pas parler ; il avait des mains,

- 192 -


Et il ne pouvait pas la coucher ; il avait des pieds et ne pouvait pas marcher ; ainsi, pendant neuf mois, il resta couché dans le sein de Marie comme un mort enfermé dans un tombeau. Factus sum sicut homo sine adiutorio, inter mortuos liber. Il était libre, parce qu'il s'était volontairement fait prisonnier de l'amour dans cette prison ; mais l'amour l'a privé de sa liberté et l'y a maintenu si étroitement enchaîné qu'il ne pouvait plus bouger : Inter mortuos liber. - O grandis patientia Salvatoris, dit S. O grand Salvatoris souffrant, dit saint Ambroise, en pensant aux souffrances de Jésus pendant qu'il était dans le sein de Marie.1 C'est donc à notre Rédempteur que le sein de Marie était une prison volontaire, car c'était une prison d'amour ; mais ce n'était pas une prison injuste. Il était innocent, mais il s'est offert pour payer nos dettes et pour satisfaire nos crimes. Avec raison, donc, la justice divine le maintient ainsi emprisonné, en commençant par une telle douleur pour lui demander une satisfaction digne. C'est à cela que se réduit un Fils de Dieu pour l'amour des hommes ; il se prive de sa liberté et se met enchaînant, pour nous libérer des chaînes de l'enfer. Trop, donc, mérite d'être reconnu avec gratitude et amour la grâce de notre libérateur et mallevadore, qui, non par obligation, mais par affection seulement, s'est offert pour payer et a payé pour nous nos dettes et nos peines, en donnant sa vie divine. Gratiam fideiussoris ne obliviscaris ; dedit enim pro te animam suam (Eccli. XXIX, 20).
Affections et prières.

Gratiam fideiussoris ne obliviscaris. Oui, mon Jésus, le prophète a raison de m'avertir de ne pas oublier l'immense grâce que tu m'as donnée. J'étais le débiteur, j'étais le coupable, et toi l'innocent ; toi, mon Dieu, tu as voulu satisfaire mes péchés par tes douleurs et ta mort. Mais après cela, j'ai oublié cette grâce et ton amour, et j'ai eu l'audace de te tourner le dos, comme si tu n'étais pas mon Seigneur et le Seigneur qui m'a tant aimé. Mais si par le passé, mon cher Rédempteur, je l'ai oublié, je ne l'oublierai pas...

- 193 -


plus. Vos douleurs et votre mort seront ma pensée constante, car elles me rappelleront toujours l'amour que vous m'avez apporté. Je maudis ces jours-là, et comme j'ai oublié ce que vous avez souffert pour moi, j'ai si mal utilisé ma liberté. Tu me l'as donné pour que je t'aime, et je l'ai utilisé pour te mépriser. Mais cette liberté que tu m'as donnée, aujourd'hui je te la donne entièrement. Délivre-moi, mon Seigneur, du malheur de me voir encore plus séparé de toi et de me voir encore une fois réduit en esclavage par Lucifer. Deh enchaîne cette pauvre âme à tes pieds avec ton saint amour, afin qu'elle ne soit plus jamais séparée de toi.

Père éternel, par l'emprisonnement de l'enfant Jésus dans le sein de Marie, délivre-moi des chaînes du péché et de l'enfer.

Et vous, Mère de Dieu, aidez-moi. Vous tenez le Fils de Dieu dans votre sein, emprisonné et proche de vous ; car Jésus est donc votre prisonnier, il fera ce que vous lui direz. Dis-lui de me pardonner, dis-lui de me rendre saint. Aide-moi, ma mère, pour la grâce et l'honneur que Jésus-Christ t'a donnés de demeurer en toi pendant neuf mois.