Don Divo Barsotti

Arquivo do blog

domingo, 26 de dezembro de 2010

Benoît XVI : il est donc très important que chaque enfant qui vient au monde soit accueilli par la chaleur d’une famille. Le confort extérieur n’a pas d’importance : Jésus est né dans une étable et son premier berceau a été une mangeoire. Mais l’amour de Marie et Joseph lui a fait ressentir la tendresse et la beauté d’être aimé. Benoît XVI a souligné que c’est de cela que les enfants ont besoin : de l’amour d’un père et d’une mère. C’est cet amour qui leur permettra de découvrir, en grandissant, le sens de la vie.

 


Avant la prière de l’Angélus, en ce 26 décembre, le Pape a proposé aux fidèles le modèle de la Sainte Famille célébrée le dimanche qui suit la Nativité
Toutes les naissances - a-t-il relevé - portent en elles une part de mystère. Les êtres humains ne considèrent pas la procréation seulement comme un acte reproductif. Ils en perçoivent la richesse, ils devinent en chaque créature humaine le signe par excellence du Créateur et Père qui est dans les cieux. Pour Benoît XVI, il est donc très important que chaque enfant qui vient au monde soit accueilli par la chaleur d’une famille. Le confort extérieur n’a pas d’importance : Jésus est né dans une étable et son premier berceau a été une mangeoire. Mais l’amour de Marie et Joseph lui a fait ressentir la tendresse et la beauté d’être aimé. Benoît XVI a souligné que c’est de cela que les enfants ont besoin : de l’amour d’un père et d’une mère. C’est cet amour qui leur permettra de découvrir, en grandissant, le sens de la vie. Le Pape a rappelé que la Sainte Famille avait connu de nombreuses épreuves. En s’en remettant à la Providence divine, Joseph et Marie ont trouvé leur stabilité et ont assuré à Jésus une enfance sereine et une éducation solides. Benoît XVI a donc confié à la Vierge Marie et à saint Joseph toutes les familles, afin qu’elles ne se laissent pas décourager par les épreuves et les difficultés, mais qu’elles cultivent toujours l’amour conjugal et se consacrent avec confiance au service de la vie et de l’éducation. Jésus a voulu naitre dans une famille humaine, et ce faisant il l’a bénie et consacrée.
Les pèlerins venus de l’étranger sont nombreux en cette période de fêtes. Le Pape les a salués en plusieurs langues dont le français. Ecoutez RealAudioMP3

Benoît XVI est revenu ce dimanche sur les attaques perpétrés contre les chrétiens dans plusieurs pays du monde, un thème déjà largement développé le 25 décembre dans son message de Noël. En ce temps de Noël, le désir de paix devient encore plus intense – a-t-il relevé – mais notre monde continue à être marqué par la violence, spécialement contre les disciples du Christ.A l’occasion de l’Angélus, en s’adressant à des milliers de fidèles massés sur la place Saint-Pierre, le Pape a évoqué avec une grande tristesse l'attentat dans une église catholique des Philippines, pendant la célébration des rites de Noël, tout comme les attaques contre des églises chrétiennes au Nigeria. La Terre s'est encore tâchée de sang dans d'autres parties du monde comme au Pakistan, a-t-il ajouté. Benoît XVI a exprimé ses sincères condoléances aux victimes de ces violences absurdes, et renouvelé son appel à abandonner la voie de la haine pour trouver des solutions pacifiques aux conflits et donner aux chères populations la sécurité et la sérénité. Et en ce dimanche où nous célébrons la Sainte Famille qui a vécu l’expérience dramatique de la fuite en Égypte, le Pape a également voulu rappeler toux ceux - particulièrement les familles - qui sont obligés d'abandonner leurs maisons à cause de la guerre, de la violence et de l'intolérance. Benoît XVI a invité les fidèles à se joindre à lui dans la prière pour demander avec force au Seigneur de toucher le cœur des hommes et d’accorder l'espérance, la réconciliation et la paix.DE:radio vaticano