Don Divo Barsotti

Arquivo do blog

terça-feira, 26 de junho de 2012

BENOIT XVI EN EMILIE-ROMAGNE

Pope Benedict XVI, left, flanked by his private secretary Georg Gaenswein, visits the streets of Rovereto di Novi, northern Italy, Tuesday, June 26, 2012. The pontiff visited northern Italy on Tuesday to comfort survivors of back-to-back earthquakes that killed 24 people last month. Benedict traveled by helicopter from the Vatican to Rovereto Di Novi near Modena, where the parish priest was killed when he went back into the church after the May 29 quake to try and save a statue of the Madonna.


BENOIT XVI EN EMILIE-ROMAGNE
Cité du Vatican,26 juin 2012 (VIS). Comme annoncé, Benoît XVI s'est rendu ce matin en Emilie-Romagne (Italie), pour une brève visite dans la zone la plus dévastée par le récent séisme. L'hélicoptère papal a atterré à 10 h 30' à San Marino di Carpi (province de Modène), où il a été accueilli par l'Evêque local Mgr.Francesco Cavina et le Directeur de la protection civile italienne M.Franco Gabrielli. A bord d'un minibus, il a traversé la Zone Rouge de Rovereto di Noli, où l'église Ste Catherine a été gravement endommagée et son curé tué (l'Abbé Ivan Martini). Puis à bord d'une jeep il a salué les habitants, jusqu'à la place centrale où, en présence de l'archevêque de Bologne et des évêques de Carpi, Modène, Mantoue, Ferrare et Reggio-Emilia, il s'est adressé à la population, au clergé et aux forces vives. En voici les passages principaux:
"Dès les premiers jours du phénomène naturel qui vous a frappé, j'ai prié pour vous et ai été attentif à votre sort. Constatant l'aggravation de votre situation, mon désir s'est accru de venir parmi vous. Aujourd'hui je remercie le Seigneur. Désirant vous saluer tous affectueusement, j'évoque de tout coeur les communes et les personnes qui ont subi des dégâts matériels, et surtout les familles et les communautés pleurant leurs morts. Que le Seigneur les accueille dans sa paix... J'ai su qu'en plus des difficultés matérielles, votre moral était mis à l'épreuve par l'enchaînement des secousses telluriques et la perte d'édifices symboles de la région, d'églises en particulier. Ici, dans l'église que je viens de voir, un prêtre a perdu la vie. En lui rendant hommage, je m'adresse au clergé tout entier qui, comme dans d'autres moments difficiles de l'histoire locale, démontre son amour et sa générosité... Les prêtres et les religieux, mais aussi nombre de laïcs, récitent quotidiennement le bréviaire, la liturgie des heures qui permet de prier avec les psaumes... Je signale ceci car j'ai relevé ces jours-ci en priant sur le psaume 46 la formule suivante: Dieu est pour nous refuge et forteresse, un secours infaillible dans nos angoisses. Ne craignons donc rien si la terre tremble, si au fond de la mer les montagnes vascillent. Combien de fois ai-je lu cette phrase! Or c'est dans des circonstances comme celles-ci qu'elle prend un sens tout particulier et colle à une expérience vécue, partagée par toutes les personnes qui prient. Cette formule ne me frappe pas seulement parce qu'elle parle d'un séisme, mais plutôt parce qu'elle montre ce que doit être notre réaction face au bouleversement de la nature, une attitude de grande sécurité, fondée sur la roche stable qu'est Dieu. Nous ne craignons pas la terre qui tremble car Dieu est notre refuge et notre forteresse, une aide sans faille face à nos peines".
"Ces paroles semblent s'opposer à la peur qu'on éprouve inévitablement face à une pareille expérience, et qui peut s'aggraver si le phénomène se prolonge. Mais le psaume 46 ne fait pas référence à cette peur, et la sécurité dont il parle ne regarde pas l'action de super hommes, étrangers aux sentiments des gens communs. Il s'agit de la sécurité de la foi. Face à la peur et à l'angoisse que Jésus a lui aussi connu, il y a la certitude de la présence de Dieu à nos côtés... Son amour est solide comme la roche, et nous le retrouvons dans le Crucifié, qui symbolise en même temps la souffrance et l'amour. C'est la révélation de Dieu Amour, qui nous est solidaire jusqu'à l'extrême humiliation. Sur cette roche, avec cette espérance, on peut bâtir comme reconstruire. Sur les ruines de la guerre, qui n'étaient pas que matérielles, l'Italie s'est reconstruite. Certes grâce à des aides extérieures, mais avant tout grâce à une véritable solidarité populaire et à la volonté des gens d'offrir un avenir de paix et de liberté aux familles. Vos concitoyens vous estiment pour votre jovialité et votre sens du travail, toutes qualités mises aujourd'hui à l'épreuve". Alors ne cédez en rien. "Restez fidèles à votre tradition de fraternité et de solidarité, afin d'affronter l'épreuve avec autant de patience que de détermination, en repoussant les tentations qui accompagnent tout affaiblissement. La situation a révélé un aspect que je tiens à souligner. Vous n'êtes et ne serez pas seuls, abandonnés au milieu des destructions et des peines. Nombreux sont ceux qui, outre leur solidarité et leur affection, viennent à votre secours concrètement. Et ma présence veut être un de ces signes d'amour et d'espérance. J'ai été ému de voir votre territoire profondément blessé, mais rassuré de voir aussi tant de mains prêtes à vous aider. La vie repart avec courage et détermination, comme un signe lumineux. Et enfin, je tiens à lancer un appel aux institutions publiques et aux citoyens italiens afin que, malgré le délicat moment, ils soient de bons samaritains... Pour sa part, l'Eglise est à vos côtés, dans la prière et par l'aide concrète de ses organismes telle la Caritas, engagée aussi dans la reconstitution du tissu paroissial".
Après cette rencontre et le salut aux différentes autorités, le Saint-Père a regagné par hélicoptère le Vatican vers 13 h 30'.