Don Divo Barsotti

Arquivo do blog

quarta-feira, 13 de junho de 2012

Le Saint-Père est revenu au cycle catéchistique consacré à la prière, évoquant l'expérience contemplative et la force de la prière racontées par Paul dans la seconde épître aux corinthiens.

Pope Benedict XVI waves to faithful as he arrives for his weekly general audience on June 13, 2012 at Paul VI hall at the Vatican.
1. PUISSANCE DE LA CONTEMPLATION
13/06/2012
.... Lors de l'audience générale tenue Salle Paul VI, le Saint-Père est revenu au cycle catéchistique consacré à la prière, évoquant l'expérience contemplative et la force de la prière racontées par Paul dans la seconde épître aux corinthiens. Devant q...
2. CONGRES EUCHARISTIQUE DE DUBLIN
13/06/2012
.... Après sa catéchèse, le Saint-Père a rappelée que se tient à Dublin le 50 Congrès eucharistique international sur Eucharistie et Communion: "Il s'agit d'une belle occasion pour réaffirmer le caractère central de l'Eucharistie dans la vie de l'Eglis...
3. CONGRES DIOCESAIN DE ROME
13/06/2012
.... Lundi dernier en début de soirée, Benoît XVI s'est rendu au Latran pour ouvrir le Congrès diocésain de Rome, au cours duquel les participants débattront du baptême et de la réévaluation de sa place. Improvisant, le Saint-Père a prononcé un discour...

PUISSANCE DE LA CONTEMPLATION
Cité du Vatican, 13 juin 2012 (VIS). Lors de l'audience générale tenue Salle Paul VI, le Saint-Père est revenu au cycle catéchistique consacré à la prière, évoquant l'expérience contemplative et la force de la prière racontées par Paul dans la seconde épître aux corinthiens. Devant qui contestait la légitimité de son titre d'apôtre, il évoquait le nombre des communautés dont il était le fondateur et rappelait ses difficultés à prêcher l'Evangile: "Sa relation avec le Seigneur...était si intense qu'elle se caractérisait par des moments d'extase et de profonde contemplation". Evoquant ses années de silence et de contemplation, saint Paul affirmait: "Je me vanterais bien de mes faiblesses pourvu que la puissance du Christ demeure en moi... C'est dans la faiblesse que je suis fort". De quelle faiblesse s'agit-il ? Paul ne le dit pas, a précisé le Pape, "même si son attitude fait comprendre que toute difficulté à suivre le Christ et à témoigner de l'Evangile doit être surmontée par la confiance en Dieu... Paul a clairement compris comment approcher et vivre les évènements, la souffrance, les difficultés et la persécution, car au moment de la faiblesse la puissance de Dieu se manifeste. Dieu ne nous abandonne jamais, jamais il ne nous laisse seuls. Il est toujours soutien et force".
"Plus grandit notre union avec le Seigneur, plus grandit notre prière. Nous allons à l'essentiel en constatant que ce ne sont pas nos faibles moyens à réaliser le Royaume, mais Dieu qui fait des merveilles à travers notre faiblesse... L'intense contemplation de Dieu vécue par Paul rappelle celle des disciples au Mont Thabor, lorsqu'ils virent Jésus transfiguré et resplendissant de lumière", un vision à la fois "fascinante et effrayante. Fascinante parce qu'elle tend notre regard vers le haut, là où il connaît la paix et l'amour de Dieu. Effrayante parce qu'elle met à nu notre faiblesse, notre incapacité, notre difficulté à vaincre le mal qui est en nous... Dans un monde où nous risquons de mettre notre seule confiance dans l'efficacité et la puissance des moyens humains, nous sommes appelés à témoigner de la puissance de la prière qui nous fait grandir jour après jour en conformité à la vie du Christ".
Puis le Pape a évoqué le théologien protestant et prix Nobel de la paix Albert Schweizer, qui écrivait que "Paul est un mystique, rien d'autre qu'un mystique. Saint Paul était tellement uni au Christ qu'il a pu dire qu'il vivait en lui. Sa mystique ne se fonde pas seulement sur les évènements exceptionnels de sa vie, mais sur un rapport quotidien intense avec le Seigneur, qui l'a toujours soutenu de sa grâce. Dans notre vie de prière nous avons nous aussi des moments intenses, où la présence du Seigneur est plus sensible. Ceci dit, l'important est la constance dans la fidélité à Dieu, surtout dans un contexte d'épreuve. Accrochés à l'amour du Christ, nous pouvons comme Paul faire face à l'adversité... Plus nous donnerons de place à la prière, plus notre vie se transformera, animée par la force de l'amour divin. C'est ce qu'il advint avec Mère Teresa qui, malgré sa fragilité, dans la contemplation de Jésus trouvait la raison et la force incroyable de le reconnaître dans les êtres abandonnés et marginalisés... La contemplation du Christ dans nos vies n'est pas étrangère aux réalités. Au contraire elle nous rend plus concrets dans les choses humaines. Nous attirant à lui dans la prière, le Seigneur nous rend présents aux autres dans l'amour".