Arquivo do blog

sábado, 20 de setembro de 2014

LES ENSEIGNEMENTS DE JÉSUS CONFIÉS À GERTRUDE : UN CATÉCHISME DE LA VIE MYSTIQUE



LES ENSEIGNEMENTS DE JÉSUS CONFIÉS À GERTRUDE

UN CATÉCHISME DE LA VIE MYSTIQUE
Présentation du Livre 4
L’auteur du Livre 4 écrit:
Ce quatrième livre contient plusieurs révélations salutaires qui peuvent instruire le lecteur et le former à la perfection chrétienne. On y voit en outre de quelle manière nous devons honorer Jésus-Christ et les saints, comment encore nous pouvons obtenir facilement par ce très doux Médiateur les grâces que nous avons à demander, soit pour nous, soit pour les autres, comment suppléer abondamment à tout ce qui nous manque, et enrichir notre indigence des richesses de sa vie et de sa Passion. Toutefois une âme dévote pourra se servir de ces exercices pour son propre bien et pour celui du prochain.
L’auteur dit aussi:
Bien des choses sont exprimées par des comparaisons et des images, parce que cette vierge[1] sainte, (l’auteur véritable de ces confidences) malgré la plénitude de la lumière divine qui l'éclaira, n'a pu traduire autrement et faire saisir à notre intelligence, les choses spirituelles qu’elle-même n’aurait pu comprendre sans ces paraboles, ces comparaisons et ces images.
Quelle est, en effet, la valeur des symboles dans les visions de Gertrude d’Helfta?
Gertrude se demandait pourquoi le Seigneur l'instruisait par des images matérielles. Il lui dit:
— Comme les prophètes ont vu d'avance l'ordre et le mode de l'Incarnation, de la Passion et de la Résurrection, sous des symboles mystiques, des formes et des images, de même les choses invisibles et spirituelles ne peuvent encore maintenant être exprimées à l'entendement humain que par des images connues. C'est pourquoi il ne faut pas rejeter ce qui est révélé sous des formes matérielles, mais s'efforcer plutôt de goûter les délices spirituelles cachées sous le symbole des choses sensibles. (Livre 4 Ch. 12)
Enfin ce livre, dit encore l’auteur du Livre 4, comme tous les autres, exhale le merveilleux parfum de cette douceur divine avec laquelle le Seigneur aime si tendrement ses élus, les gouverne avec tant de sagesse, les rappelle à lui s'ils s'égarent, les attire lorsqu'ils reviennent et les reçoit dans son sein, montrant que sa Providence divine ne manque jamais aux vœux de ses élus et qu'elle supplée à leur indigence par le trésor de ses propres mérites.
Et l’auteur du Livre 4 ajoute, en guise de conclusion: ces révélations au sujet des mystères du Seigneur ou des mérites des saints furent accordées à Gertrude, particulièrement pendant ses maladies, à chaque fête de l'année, lorsque sa faiblesse l'empêchait de suivre dans leur rigueur les observances de l'Ordre.
Et nous, chrétiens du XXIème siècle, quels bénéfices, quels enseignements pouvons tirer des instructions que le Seigneur Lui-même, et quelques-uns de ses saints nous ont données, par l’intermédiaire de sainte Gertrude?
Les saints mystiques sont relativement peu appréciés de nos jours. C’est dommage, car nous nous privons ainsi de vérités, certes difficiles  à comprendre, mais essentielles pour enrichir notre vie spirituelle. C’est dommage, car le bon sens qui se dégage des paroles de Jésus à Gertrude, paroles qui d’ailleurs nous sont destinées, a souvent de quoi surprendre même les plus méfiants en matière de mystique.
Pour rendre plus accessibles les conseils de Jésus à Gertrude, ou ses révélations, nous n’en avons retenu que les plus importants, en omettant généralement les répétitions. Les divers thèmes abordés par Jésus, dispersés dans l’ensemble du Livre 4, ont été classés et présentés comme un catéchisme sous la forme de questions-réponses. D’où le titre de ce grand chapitre: Le Catéchisme de la Vie Mystique.
NOTA: Nous rappelons que toutes les citations du “Héraut” sont en italique.

1-La prière

Tous les fidèles de toutes les religions prient. Pourquoi? La prière est-elle tellement nécessaire? “Le Héraut de l’Amour divin” ne répond pas directement à cette question, mais il montre que Dieu est Père et qu’Il aime ses enfants, tous ses enfants. Malheureusement les hommes ont péché, et pour revenir à Dieu, ils doivent, humblement reconnaître leurs fautes et, avec confiance, implorer sa grâce. Alors, purifiés, ils peuvent de nouveau entrer dans l’intimité de Dieu, et trouver leur joie dans l’adoration. La prière des hommes, c’est tout cela.
Gertrude d’Helfta théologienne, religieuse, croyait en Dieu; nous n’insisterons pas sur ce point qui paraît évident. Mystique fervente, elle rencontrait souvent Dieu dans sa prière, et cela personne n’a jamais pu le nier. Mais comment priait-elle? Et nous, comment devons-nous prier? Les réponses de Gertrude d’Helfta sont nombreuses; mais sachons qu’avant de prier nous devons nous préparer. Gertrude insiste beaucoup sur la nécessité de bien se préparer avant d’entrer dans la prière.

1-1-Comment se préparer à prier

Prier Dieu, c’est-à-dire chercher à Le rencontrer, désirer L’aimer comme Il le désire, Lui demander ses grâces en vue d’orienter nos actions humaines selon les desseins de son amour, est le seul moyen dont les hommes disposent pour atteindre le véritable but de l’humanité. Mais, pour bien prier, il faut d’abord se préparer et, humblement, se mettre en présence de Dieu. C’est ce qu’une vision de sainte Gertrude                   va nous enseigner.
C’était la nuit qui précèdait une Vigile de la très sainte Nativité du Seigneur. Gertrude vit que des personnes qui se préparaient à célébrer la fête prochaine montaient vers lui comme de légères vapeurs. Le Seigneur Jésus, plein de charme et de jeunesse, envoyait de son Cœur divin une admirable lumière sur toutes ces petites nuées, et la lumière semblait leur tracer le chemin pour arriver jusqu'à Lui:
            Tandis que par cette voie elles montaient vers Dieu, Gertrude vit en esprit les âmes qui s'étaient humblement recommandées aux prières des autres, marcher vers Dieu sans dévier, illuminées par la clarté de son Cœur divin: elles paraissaient conduites par la main sur une voie directe garantie à droite et à gauche.
            Celles qui ne comptaient que sur leurs propres efforts et leurs prières pour se disposer à célébrer la fête, quittaient la route et s'égaraient quelque temps, puis revenaient dans le chemin et s'approchaient du Seigneur à la faveur de la lumière divine.LIRE...